30 juillet 2009

Poème (Le soleil s'écrit-il soleil)

          la pierre et le torrent, qui luttent dans l'amour, prendront-ils une forme identique à l'effort, galets de même source, d'une égale rondeur; mais l'autre, le divers n'est-il pas ce garant, cette chance à l'échoLe regard ne s'émeut qu'à l'orée du hasardPhilippe JonesExtrait du recueil"Le soleil s'écrit-il soleil"(Éditions Le Cormier 1997)Eléments de biographie sur Wikipedia
Posté par charp à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2009

Poème (Le jour venant)

arrive un temps où l'on mesurece qui reste à courirà la recherche d'un soi-même un orage d'hivercumule en noir et blancil divise le froidfait claquer ses grêlons revient ce temps ce temps qui passeaux miroirs aux écueilsoù tout silence est noyé d'encre l'on se trouve et retrouvela chaleur un oragedissipe l'idée fixejoue l'effusion du corps la racine affleure et rampantevoudrait rompre le tempsce temps qui vient ourler une ombre Philippe JonesExtrait de Le jour venant
Posté par charp à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2009

Ecrits de mots opaques

brouiller le vol ou cacher la forêttraquer l'enviequi trafique la terrele mal est-il prégnant tel un muscle figédans le miroir de l'autrepar cette envied'être un oiseau lorsqu'il y a limace *** le temps s'écoule en pluieen arasant toute raisonet le ton se diluedans ce non-dit où la couléephagocyte une traceil pleut imperturbablementaux jetées de l'errance *** ce déluge est image en continu et sa durée reflète indéfinieune houle d'orgueil sans écume d'oiseause résume soi-mêmese fait duréesans pesée ni limite à ce qui passe ***une... [Lire la suite]
Posté par charp à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2009

La falaise et l'oiseau

Le soir tend une branche déserte      hostile au dehors la pluie tombe droite, l'horizon tire ses volets ; à l'ombre de soi-même, plus d'un chasseur nous guette et piège tout amour Sans syllabe d'oiseaul'hiver caille le sang    aucun sommeil ne peut effacer un silence, attendre c'est nager au fond des puits, se mouvoir fait battre les veines et des bourgeons se gonflent Un oiseau appareilleoù le destin s'agite      le temps, s'il est seul maître à bord, suit des tracés divers ; de la... [Lire la suite]
Posté par charp à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]